Menthe à l’ea.o.ud

Premier jour des vacances, levée before eight pour déposer cette recette de chocolats à la menthe.

Une semaine que je tente en vain de trouver le chaînon manquant entre un oud et un after eight: j’espérais m’en sortir avec six degrés de séparation, je me suis finalement perdue entre croisements de menthe et champs infinis de maqâms


pour 30 pralines: 175 g de chocolat noir, 60 g d’huile de coco neutre, 60 g de purée d’amandes, 30 g de sirop d’agave, 18-24 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée

Par temps chaud, mettre l’huile de coco au frigo pour qu’elle soit molle et non liquide. Mélanger ensuite huile de coco, purée d’amandes, sirop d’agave et menthe. La farce est prête: la garder au frais, pour qu’elle garde une consistance de pâte à tartiner. Pour le reste, suivre la même procédure que d’habitude.


Recette adaptée du livre Chocolat végétal de Clémence Catz.

Pour bien commencer les vacances: une histoire de poissons et une mélodie pour l’été.

Musiciens croqués pendant le concert du projet Solos & Sights: merci pour la musique et la ballade !

Treppen der Stadt, épisode 8: Schneebergtreppe

Schneebergtreppe

161 marches entre Meisenstrasse et Schneebergstrasse

à voir: un marronnier annonçant le printemps, un tilleul pour faire des récoltes quand vient l’été et un érable à admirer l’automne venu… l’hiver, l’escalier fera honnneur à son nom

à faire: se reposer sur un banc (presque) au sommet, aller boire un verre à la Tankstell


Un site web pour ceux que ces arbres auraient mis en appétit

Bonet brun

Pour reprendre des forces après une marche dans les collines surplombants le lac Majeur, rien de mieux qu’un dessert piémontais, le bonet: un flan qui se serait acoquiné avec du chocolat et quelques amaretti. À préparer la veille !


Pour un petit moule à cake: 500 g de lait, 4 oeufs, 50 g de sucre de bouleau, 35 g de chocolat noir, 10 petits amaretti, 2 cs bombées de cacao non-sucré, 2 cs d’amaretto (ou de rhum), 1 cs de café fort, un peu de sirop d’érable

Faire fondre à feu doux le chocolat dans le lait, ajouter le cacao, l’amaretto, le café ainsi que les amaretti émiettés. Préchauffer le four à 170° (chaleur tournante). Napper le fond du moule avec le sirop d’érable. Préparer un large plat pour le bain-marie: placer le moule au milieu et remplir aux 2/3 le plat (pas le moule !) d’eau chaude. Battre les oeufs et le sucre, ajouter le mélange au lait tiédi, bien mélanger. Verser dans le moule et enfourner pour 30 minutes.
Le flan doit être pris sur les côtés et encore flottant au milieu. Mettre au frais jusqu’au lendemain.
Démouler le flan puis servir en tranches pas trop fines (pour qu’elles se tiennent bien… ou quand la physique des matériaux se met au service de la gourmandise).


Recette adaptée d’après celle du blog Un déjeuner de soleil.

Dessinées à la va-vite depuis le bateau entre Cannobio et Cannero, ce dessin est aussi un clin d’oeil au livre qui me fait ces temps rêver d’Italie, La légende des montagnes qui naviguent de Paolo Rumiz.

Amaretti

Des petits biscuits au bon goût d’Italie qui ne font pas de miettes… à déguster sans crainte sur le canapé d’un bel appartement.


Pour environ 55 petits biscuits: 250 g d’amandes moulues, 130 g de sucre de bouleau, 2 blancs d’oeufs, 1 cc d’arôme d’amandes amères

Préchauffer le four à 160° (chaleur tournante). Mélanger les amandes, l’arôme et le premier blanc d’oeuf. Ajouter le sucre et le deuxième blanc, bien mélanger jusqu’à obtention d’une pâte un peu collante. Former des boules de la taille d’une grosse noisette (ou d’une petite noix), les répartir sur deux plaques chemisées et les cuire 20 minutes environ. Laisser refroidir avant de les décoller puis les conserver dans une boîte en fer-blanc.


Recette adaptée de celle trouvée sur Un déjeuner de soleil.

Ces amaretti sont à la base (au sens propre) d’un dessert à venir…


Petite pensée pour les cousins néerlandais des amaretti, les kruidnoten: recette à tenter prochainement, pour fêter la reprise des trains de nuit Zürich-Amsterdam.

Tout prétexte est bon pour revoir Harry Potter: chercher dans cet extrait les amaretti.

Köln

Que faire en 48h à Cologne ?

Se promener: le long du Lindenthaler Kanal, dans la roseraie cachée derrière le Fort X, au Flora (et son allée de palmiers fort incongrus dans cette ville du nord)

Voir: une panthère des neiges au zoo, Marzella vue sous un autre angle au musée Ludwig

Acheter: du cuir chez Hack (grrr), un pyjama chez Muji (zzz)

Se sustenter: au café Stövchen, chez Tante Kurt sur la Brüsseler Platz


Hack Lederware, Maastrichter Str. 22, 50672 Köln

Muji, Minoritenstraße 1, 50667 Köln

Café Stövchen, Ursulakloster 4, 50668 Köln

Tante Kurt, Brüsseler Str. 55, 50674 Köln