Framboises de la discorde

Ce gâteau est devenu un incontournable: mais que faire quand les avocats ne sont plus de saisons ? Adios cojones (ceux qui ont suivi savent), hello titties: l’histoire mêlant framboises et seins est à lire ici.

En suivant la piste d’Ida et de sa montagne crètoise, je me suis retrouvée sur son homonyme turc, elle aussi théâtre d’une histoire de fruit. L’heure n’est pas encore venue de m’atteler à une version à base de pomme, mais j’en ai profité pour lire l’histoire de la pauvre Oenone.


Pour un moule à charnière de 23 cm de diamètre

Fond: 35 g d’huile de coco, 150 g de dattes Medjool (7 dattes), 100 g d’amandes et noix au choix, 30 g de poudre de cacao non-sucré, 25 g de noix de coco râpée, 5 gouttes d’h.e. de vanille, une pincée de sel

Crème: 400 g de tofu soyeux, 200 g de framboises (surgelées ou fraîches), 90 g d’huile de coco, 90 g de miel, 5 gouttes d’h.e. de vanille, 90 g de lait, 1 cc d’agar-agar

Glaçage (facultatif): 200 g de framboises, 100 g d’eau, 1/2 cc d’agar-agar

On commence par le fond. Faire fondre l’huile de coco (35 g). Réduire les amandes/noix en poudre, ajouter dattes (dénoyautées), cacao, noix de coco, vanille, sel et huile de coco. Mixer, puis tapisser le fond du moule avec cette masse (pas besoin de chemiser). Réserver au frigo.

On passe à la crème. Faire fondre l’huile de coco (90 g). Mixer le tofu, les framboises (200 g), le miel, l’huile de coco et la vanille. Dans une petite casserole mélanger le lait et l’agar-agar, porter à ébullition, laisser frémir une minute puis ajouter au mélange tofu-framboises. Mixer puis verser sur le fond du gâteau.

Si glaçage il y a: mixer les framboises (200 g ), l’eau et l’agar-agar, laisser frémir une minute, verser sur le gâteau.

Laisser prendre au frigo pour 12 heures au minimum.


illustration d’après une sculpture d’Harriet Hosmer

Le gâteau rend un peu de jus (les seins d’Ida qui saignent ?): cela n’altère en rien le goût ni la tenue, mais attention tout de même en sortant le plat du frigo.

Avocats du diable

Que dessiner pour rendre hommage à ce gâteau cru à l’avocat et au citron vert ? Un nuancier de verts pour faire honneur à sa belle couleur ? Il y a déjà bien assez de monde chez Ripolin et trop de choix par ici: j’hésite entre vert amande et vert prairie. Dessiner un calendrier des saisons de l’avocat ?

Finalement, pour contrebalancer les images de ces fruits testiculaires, je recycle quelques paires de seins croqués pendant une session de modèle vivant du Paon.


Pour un moule à charnière de 23 cm de diamètre

Fond: 35 g d’huile de coco, 150 g de dattes Medjool (7 dattes), 100 g d’amandes et noix au choix, 30 g de poudre de cacao non-sucré, 25 g de noix de coco râpée, 5 gouttes d’h.e. de vanille, une pincée de poudre de (perlimpinpin) sel

Crème: 560 g de chair d’avocat (4 avocats environ), 175 g de jus de citron vert (3 pièces), 90 g d’huile de coco, 125 g de miel (ou de sirop d’agave), 5 gouttes d’h.e. de vanille, 1/2 cc d’agar-agar

On commence par le fond. Faire fondre l’huile de coco (35 g). Réduire les amandes/noix en poudre, ajouter dattes (dénoyautées), cacao, noix de coco, vanille, sel et huile de coco. Mixer, puis tapisser le fond du moule avec cette masse (pas besoin de chemiser). Réserver au frigo.

Pour la crème, presser les citrons verts. Faire fondre l’huile de coco (90 g). Mixer la chair des avocats, 85 g de jus de citron, le miel, l’huile de coco et la vanille. Dans une petite casserole mélanger 90 g de jus de citron et l’agar-agar, porter à ébullition, laisser frémir une minute puis ajouter au mélange d’avocats. Mixer puis verser sur le fond du gâteau. Laisser prendre au frigo pour 12 heures au minimum.


Dziekuje Gosia pour la recette !

Bona/c/s/ss/ola

Après la ville et le parc d’attraction, retour aux basiques: de la farine (sous toutes ses formes) et de l’eau (fraîche).

Départ de la gare de Levanto, direction le bord de mer. On serait bien les derniers à se réjouir de la disparition d’une ligne de train, mais ici c’est un mal pour un bien: balade agréable et au frais jusqu’à Bonassola.
Passage obligé par la Forneria Bianchetto (farinata, tartes, amaretti…) et promenade digestive jusqu’à la Punta della Madonna. Et pour celle dont le coeur palpite devant tout ce bleu, petite crique à l’ouest de la plage de Bonassola.


Bonace, bonasse ou bonnasse ? À ne pas confondre, même si, chez Huysmans, la première est charnelle.


Forneria Bianchetto, Via Gino Daneri, 66, 19011 Bonassola SP, Italie

Cinque Terre pépères


Pour une journée pépère: arriver à Vernazza en train, marcher jusqu’à Corniglia. Acheter un pic-nic à l’épicerie A. Butiega, le manger loin des foules, si possible. Descendre les escaliers qui mènent à la gare, continuer vers Manarola et Riomaggiore en train (ou à pied si les sentiers sont ouverts).

Quelques impressions en forme de haiku acrostiche, pour mémoriser le nom des cinq villages qui forment les Cinque Terre:


MONTées et descentes

VERts et bleus

COhue et queues

MAlgré la beauté des lieux

RIons et fuyons


A Butiega, Via Fieschi, 142, 19018 Corniglia SP, Italie

Spezial Anatomy

La Spezia, des pieds à la tête.

Commençons près du port, pour prendre le pouls de la ville à ses chevilles: un café au De Terminal (juste un café…) avec vue sur bâteaux, mouettes et vieux loups de mer.

Laissons certains organes cachés sous les palmes et les feuilles des jardins publics et remontons la Via del Prione, colonne vertébrale du centre. L’estomac est à deux pas, sur la Piazza Cavour où se trouve le marché couvert.

Le (coup de) coeur, ce sont les différents escaliers montant en direction du château, et tout particulièrement le scalinata cernaia.

En haut des marches, la tête de La Spezia: nez humant le parfum des mimosas, yeux admirant la vue depuis la terrasse du Castello San Giorgio, les lèvres sur une tasse de cioccolata calda au Orto Bar Il Poggio.


Quand on n’a pas de cervelle, on a des jambes (et faim): après deux aller-retours au pas de course entre la maison et le Jardin des Clarisses, se remettre de ses émotions à la Pasticceria Fiorini.

En parlant d’escaliers, savez-vous ce que signifie avoir l’esprit d’escalier ?


Il Poggio Orto-Bar, Scalinata S. Giorgio, 5, 19121 La Spezia SP, Italie

Pasticceria Fiorini, Piazza Giuseppe Verdi, 25, 19124 La Spezia SP, Italie

Ecole de la rue

suite des cours, même école, même professeure, même médium, cette fois-ci sur le portrait en couleur:

« Choix du cadrage »

« Geste/trame: suit la forme du visage »

« Parties restantes à l’état d’esquisse: pas tout avec la même intensité »


Chic personne, cette Agnès, d’illustrer la couverture d’un bon livre !

En parlant de bons livres et pour l’inspiration, une autre crack du crayon: Julie Delporte

Ecole buissonnière

A l’école du Paon, les bons conseils d’Agnès Decourchelle pour un paysage monochrome aux crayons de couleur:

« Plisser les yeux pour mieux voir les contrastes »

« Le sens du crayon accompagne la forme de ce que vous observez, arbres, herbes… »

« Sauter d’un bout à l’autre de la page pour éviter l’effet scanner »

« Premier plan: fort et détaillé »


Chouzy-sur-Cisse, d’après une photo de Thibaut Cuisset (déjà vu ici)

2022

Profitons de cette année à brelan… la prochaine est dans 89 ans !


Premier brelan de vendredis:

vendredi 31.12: promenade sur les collines, feu en lisière de forêt et visite d’un chat noir, arrivé ni par la gauche ni par la droite, mais sorti d’entre mes jambes (non-évenement)

vendredi 7.01: excursion de notre héros aux urgences

vendredi 14.01: retour du héros, fin officielle de ma quarantaine mais toujours positive


Trois singes, sages peut-être, mais surtout optimistes et solidaires, et une créature mi-tigre mi-tanuki

Bien assis ? C’est parti pour 2022 (accrochez-vous, ça risque de secouer) !

Bonet brun

Pour reprendre des forces après une marche dans les collines surplombants le lac Majeur, rien de mieux qu’un dessert piémontais, le bonet: un flan qui se serait acoquiné avec du chocolat et quelques amaretti. À préparer la veille !


Pour un petit moule à cake: 500 g de lait, 4 oeufs, 50 g de sucre de bouleau, 35 g de chocolat noir, 10 petits amaretti, 2 cs bombées de cacao non-sucré, 2 cs d’amaretto (ou de rhum), 1 cs de café fort, un peu de sirop d’érable

Faire fondre à feu doux le chocolat dans le lait, ajouter le cacao, l’amaretto, le café ainsi que les amaretti émiettés. Préchauffer le four à 170° (chaleur tournante). Napper le fond du moule avec le sirop d’érable. Préparer un large plat pour le bain-marie: placer le moule au milieu et remplir aux 2/3 le plat (pas le moule !) d’eau chaude. Battre les oeufs et le sucre, ajouter le mélange au lait tiédi, bien mélanger. Verser dans le moule et enfourner pour 30 minutes.
Le flan doit être pris sur les côtés et encore flottant au milieu. Mettre au frais jusqu’au lendemain.
Démouler le flan puis servir en tranches pas trop fines (pour qu’elles se tiennent bien… ou quand la physique des matériaux se met au service de la gourmandise).


Recette adaptée d’après celle du blog Un déjeuner de soleil.

Dessinées à la va-vite depuis le bateau entre Cannobio et Cannero, ce dessin est aussi un clin d’oeil au livre qui me fait ces temps rêver d’Italie, La légende des montagnes qui naviguent de Paolo Rumiz.