Salep, ce n’est pas un vilain mot…

…c’est une boisson parfaite pour les soirs d’hiver.

Pour la faire courte, passez directement à la recette plus bas.

Pour la faire un peu plus longue, il faut remonter à fin décembre au Café du Simplon, entre Londres et Istanbul et découvrir une boisson chaude orientale: le salep. La redécouvrir une heure plus tard dans les mains de Louisa Durrell à Corfou… c’est décidé, il m’en faut aussi, et c’est finalement dans une boutique crétoise (Botano) que j’en trouve (au milieu de tisanes, épices et autres trésors).

Une fois la main mise sur la poudre de salep, il reste à trouver le bon dosage. Suivant les recettes, les proportions varient du simple au décuple, et ainsi la texture. J’ai bricolé une version qui se laisse boire tout en étant plus épaisse qu’un chocolat chaud.

Sur cette illustration (d’après une photo trouvée sur Google Earth), les tasses semblent plutôt contenir du café. Peu importe: elles se trouvent à Demirkanat, en Anatolie, région où se passe « Les Herbes sèches », le dernier film de Nuri Bilge Ceylan. Et où passe le Dogu Express.


pour deux tasses: 5 dl de lait, 1 cs de sucre (de bouleau ou autre), 1 cc de poudre de salep, 1/4 cc de cannelle, 2 cc d’eau de rose ou de fleur d’oranger

Verser le lait dans une petite casserole, y délayer tous les ingrédients sauf l’eau de fleur d’oranger ou de rose, faire chauffer jusqu’à ébullition en remuant bien et continuer jusqu’à ce que la préparation épaississe. Une fois atteinte la consistance désirée, verser dans les tasses. Ajouter l’eau de rose ou de fleur d’oranger, remuer, saupoudrer d’un voile de cannelle et servir.


On peut remplacer le salep par la même quantité de fécule.


Si j’en crois les chiffres, il y a sur cette image de Demirkanat plus de tasses que d’habitants en 2009…


Quelques bandes annonces le temps de siroter sa tasse: un, deux et trois.

Anzio, histoire et chocolats chauds

Loin de l’agitation de sa grande et capitale voisine, à Anzio on se baigne, on se promène et on mange. Il y a près d’un siècle on y débarquait (en 1944) et encore bien plus longtemps avant, on y naissait (Caligula et Néron).

Dans l’ordre croissant du simple café au menu trois plats, voici quelques sympathiques points de chute:

Café Al Terzo, Riviera Vittorio Mallozzi 48, 00042 Anzio
Bar Pasticceria Marotta, Via Filibeck 17, 00042 Anzio
Pizzeria Pucci, Riviera Vittorio Mallozzi 7, 00042 Anzio
Restaurant Da Domenico, Via di S. Giovanni in Laterano 134, 00184 Roma


pour deux petites tasses de chocolat chaud italien: 2 cs bombées de cacao non-sucré, 2 cs rase de fécule, 300 g de lait (ou 280 g d’eau et 2 cs de purée d’amande), 1 cs de sucre, 1/4 cc de cannelle

Mélanger dans une petite casserole tous les ingrédients, faire chauffer en remuant bien jusqu’à ce que le mélange épaississe. Déguster à la cuillère.


Et parce que l’Histoire se répète…
Il y avait déjà un couple Macron célèbre à l’époque de Caligula (ce dernier n’étant décidément pas le meilleur ami à avoir).
Il y avait déjà des dirigeants détestables à l’époque (Néron n’étant par ailleurs pas le meilleur fils ou mari à avoir).

Enfant-chef: des doigts à croquer



Cuisine de monstres pour Halloween ou simplement pour un apéro rigolo: des doigts à croquer !
Comme quoi on peut mordre des doigts et ne pas le regretter…


À propos de se mordre les doigts: j’apprends ici que les italiens se mordent les mains et les vulgaires d’autres choses.


Pendant que les doigts cuisent au four, les jeunes font la vaisselle et les adutes (sic) lisent ou écoutent Le doigt de la femme de Victor Hugo (et Gaël Liardon).

Enfant-chef: les yeux au plat


Cuisine de monstres pour Halloween ou simplement pour un apéro rigolo: des yeux bien frais !

Des yeux dans le bouillon c’est déjà peu ragoûtant, mais quand ils sont dans une assiette pleine de sang, c’est encore meilleur.


Les plus jeunes connaissent bien le Bouillon: pendant qu’ils regardent Le Petit Nicolas, les moins jeunes auront le temps de trinquer et de lire Les yeux d’Henri Michaux.

Mas huni: déjeuner maldivien


Il y en a qui voyagent avec un saumon: une boîte de thon me suffit.

Pour retrouver le goût des déjeuners maldiviens, une recette rapide du placard: ma version du mas huni. À accompagner de parathas si on a le temps; sinon du riz, des patates à l’eau, ou du pain feront tout aussi bien l’affaire.


pour deux personnes: une boîte de thon (200 g, thon jaune de préférence), 1/2 oignon rouge, 1/2 citron jaune ou 1 citron vert, 1 piment, 2 cs bombées de noix de coco râpée, 2 cs de vinaigre de pomme

Dans un grand bol, verser l’oignon et le piment émincés finement, le vinaigre, le zeste et le jus du citron, le thon (émietté à la fourchette et grossièrement égoutté) puis la noix de coco. Bien mélanger, ajouter éventuellement un peu d’huile (l’original était plutôt sec, je le préfère un peu plus gras) puis mettre au frais jusqu’au service.


En attendant de voir l’atoll de Faafu en vrai, visite de l’île de Nilandhoo sur Google maps: le Café Allegria sert de modèle pour un dessin rapide (et d’alibi pour essayer ma nouvelle plume).

Mochi citron ? Mochiron !

Le printemps arrive, les feuilles poussent, les enfants aussi: joyeux anniversaire les zgrublos !

À l’intérieur aussi les feuilles poussent et s’amoncellent: d’un côté le tas de dessins et croquis, de l’autre celui des recettes du moment. Pour éviter que ces feuilles volantes ne se perdent, je revois à la baisse mes concepts d’illustration: du food pairing d’un autre genre. Ou comment Dominik se retrouve associé à une recette de mochi au citron.


pour 8 mochi daifuku au citron: 100 g de biscuits à la cuillère, 100 g de yoghourt citron, zeste et jus de 2 citrons verts, 80 g de farine de riz gluant, 70 g de sucre glace, 120 g d’eau, de la fécule

Réduire les biscuits en poudre (au mixer ou au rouleau), mélanger avec le yoghourt, le zeste et le jus. Former dix boules de taille égale (deux peuvent être mangées immédiatement), les déposer sur une assiette et les mettre au congélateur le temps de préparer la pâte à mochi.
Pour le reste, se reporter à la recette habituelle des daifuku.


Mochiron ? Toute occasion d’apprendre un mot de japonais est bonne à prendre.


Petit topo sur la couleur jaune, par Michel Pastoureau ici.

S(t)r(udel au chou)


La Table de Mangeleïev, épisode 7

Strudel de chou -> Sr -> Strontium -> comme Sir Humphry Davy a déjà été mis à l’honneur ici -> Strontianite -> Thomas Charles Hope

Un homme sympathique, ce Sir Hope: c’est lui qui expliqua pourquoi les icebergs flottent et qui détermina la température à laquelle l’eau est à son maximum de densité (4 degrés: pour savoir où en trouver, voir ici). Il fut également le professeur de Charles Darwin et remporta en 1800 le tournoi de tir à l’arc de la Edinburgh Arrow.

Pour canaliser le flot de choux qui s’abat en hiver sur les abonnés au paniers de légumes, une recette imparable: le strudel de chou.
Découverte dans un livre de Pavel Spiridonov, la recette a subi depuis février quelques variations: ajout de graines de tournesol grillées, par exemple.

La recette ci-dessous s’adapte au contenu du frigo: ingrédients et quantités à ajuster selon les disponibilités, le principe ne change pas: same procedure as every strudel.


pour un strudel: un paquet de pâte à strudel, 1/2 chou blanc (ou vert, ou rouge, ou même un chou entier), 20 marrons pelés, 2 pommes de terre cuites, 100 g de fromage à pâte dure (raclette, par exemple), une rasade de cognac, une gousse d’ail, un piment, 1/4 de cc de graines de cumin, huile d’olive, sel et poivre

Laisser la pâte à strudel au frigo, le temps de préparer la farce.

Émincer l’ail, le piment et le chou. Dans une grande poêle, faire revenir l’ail dans un peu d’huile, puis le chou et laisser cuire 10 minutes environ. Ajouter le piment, les marrons, le cumin et le cognac. Saler, poivrer et laisser mijoter à couvert 10 minutes de plus en remuant de temps à autre.
Lorsque le chou est tendre, ôter du feu, rectifier l’assaisonnement, couper grossièrement les marrons avec la spatule, et laisser refroidir le temps de préparer la pâte.

Préchauffer le four à 180° (chaleur tournante).
Sur un plan de travail propre (linge, tapis de cuisson…), déplier une des quatre feuilles de pâte et la badigeonner généreusement d’huile. Superposer la deuxième, huiler, la troisième, huiler et la dernière, huiler également.

Étaler la farce sur les 2/3 de la pâte, dans le sens de la longueur, en laissant trois centimètres sur les côtés. Déposer ensuite les pommes de terres et le fromage coupés en morceaux.
Rouler le strudel (on commence par le côté avec la farce), déposer sur une plaque (avec un papier de cuisson), badigeonner d’huile et cuire 25 minutes environ.

Servir chaud, froid ou réchauffé.



Quelques variantes: remplacer les pommes de terre par une grosse tasse de sarrasin cuit (à mélanger avec le chou une fois sorti du feu), et le fromage par du gorgonzola. Ou à la place du chou (parce qu’à force des faire des strudels, il n’y en a plus qui trainent), rafler tous les légumes racines disponibles, et les émincer en quelques coups de blender.

Pour ceux qui mangeraient ce strudel seuls et parce que c’est de circonstance : Dinner for one.


Tschigulatta da Tamangur


Dans le fond du val S-Charl, là où cesse
tout autre forêt, sur une pente face à l’est,
déchiquetés par l’âge et les tempestes,
quelques vénérables arolles se dressent.
Nulle part ailleurs l’on ne trouve une telle cour,
relique d’une forêt nommée Tamangur.

Première strophe du poème Tamangur de l’auteur romanche Peider Lansel, dans une traduction libre (où je me prends pour Ronsard) via l’allemand.

Pour retrouver le goût de cette forêt et égayer une soirée de fin novembre, rien de tel que des tablettes de chocolat aux pignons caramélisés. God da Tamangur, le nom vaut bien ça.


pour trois tablettes de chocolat: 300 g de chocolat noir, 40 g de pignons, 2 cs de sucre (bombées ou pas, en fonction des goûts et de la raison), 2-3 pincées de fleur de sel

Faire suer dans une poêle les pignons. Quand ils commencent juste à dorer, ajouter le sucre, laisser caraméliser en remuant pour enrober les pignons puis verser sur une feuille de cuisson. Une fois refroidi, hacher au couteau plus ou moins grossièrement (en fonction des goûts et de la paresse). Répartir au fond des moules à tablettes. Faire fondre le chocolat, verser dans les moules. Saupoudrer de fleur de sel (en fonction des goûts et rien d’autre). Laisser durcir et conserver au frigo.


Mieux vaut tard que jamais: je découvre ici (merci!) le principe du retour chariot.

Boo(un)ty


Vendre des desserts avec des nus… continuons cette tradition et illustrons la recette d’un Boounty sans penser à mal.

Merci à la Super Supérette pour leur recette que j’ai juste un peu remaniée.


pour 16 à 20 Boounty: 250 ml de double crème, 200 g de noix de coco râpée, 75 g de xylit, 1/2 cc de cannelle, 175 g de chocolat (150 g noir, 25 g extra noir)

Mélanger la noix de coco, le sucre et la cannelle. Incorporer la crème, bien mélanger. Former 16 à 20 pâtons, les mettre 5 h (ou une nuit) au frais. Faire fondre le chocolat, tremper les Bounty et bien les enrober. Déposer sur un plateau couvert de papier cuisson et laisser durcir au frais. Conserver au frigo et manger dans les 3 jours.


VOUS N’EN CROIREZ PAS VOS YEUX: Bounty a introduit sur le marché russe des Bounty ananas en 2014, année de l’annexion de la Crimée… COÏNCIDENCE ?!
Le ver était dans la barre (et on ne parle pas d’un Bug Bounty).