Bona/c/s/ss/ola

Après la ville et le parc d’attraction, retour aux basiques: de la farine (sous toutes ses formes) et de l’eau (fraîche).

Départ de la gare de Levanto, direction le bord de mer. On serait bien les derniers à se réjouir de la disparition d’une ligne de train, mais ici c’est un mal pour un bien: balade agréable et au frais jusqu’à Bonassola.
Passage obligé par la Forneria Bianchetto (farinata, tartes, amaretti…) et promenade digestive jusqu’à la Punta della Madonna. Et pour celle dont le coeur palpite devant tout ce bleu, petite crique à l’ouest de la plage de Bonassola.


Bonace, bonasse ou bonnasse ? À ne pas confondre, même si, chez Huysmans, la première est charnelle.


Forneria Bianchetto, Via Gino Daneri, 66, 19011 Bonassola SP, Italie

Cinque Terre pépères


Pour une journée pépère: arriver à Vernazza en train, marcher jusqu’à Corniglia. Acheter un pic-nic à l’épicerie A. Butiega, le manger loin des foules, si possible. Descendre les escaliers qui mènent à la gare, continuer vers Manarola et Riomaggiore en train (ou à pied si les sentiers sont ouverts).

Quelques impressions en forme de haiku acrostiche, pour mémoriser le nom des cinq villages qui forment les Cinque Terre:


MONTées et descentes

VERts et bleus

COhue et queues

MAlgré la beauté des lieux

RIons et fuyons


A Butiega, Via Fieschi, 142, 19018 Corniglia SP, Italie

Spezial Anatomy

La Spezia, des pieds à la tête.

Commençons près du port, pour prendre le pouls de la ville à ses chevilles: un café au De Terminal (juste un café…) avec vue sur bâteaux, mouettes et vieux loups de mer.

Laissons certains organes cachés sous les palmes et les feuilles des jardins publics et remontons la Via del Prione, colonne vertébrale du centre. L’estomac est à deux pas, sur la Piazza Cavour où se trouve le marché couvert.

Le (coup de) coeur, ce sont les différents escaliers montant en direction du château, et tout particulièrement le scalinata cernaia.

En haut des marches, la tête de La Spezia: nez humant le parfum des mimosas, yeux admirant la vue depuis la terrasse du Castello San Giorgio, les lèvres sur une tasse de cioccolata calda au Orto Bar Il Poggio.


Quand on n’a pas de cervelle, on a des jambes (et faim): après deux aller-retours au pas de course entre la maison et le Jardin des Clarisses, se remettre de ses émotions à la Pasticceria Fiorini.

En parlant d’escaliers, savez-vous ce que signifie avoir l’esprit d’escalier ?


Il Poggio Orto-Bar, Scalinata S. Giorgio, 5, 19121 La Spezia SP, Italie

Pasticceria Fiorini, Piazza Giuseppe Verdi, 25, 19124 La Spezia SP, Italie

Bonet brun

Pour reprendre des forces après une marche dans les collines surplombants le lac Majeur, rien de mieux qu’un dessert piémontais, le bonet: un flan qui se serait acoquiné avec du chocolat et quelques amaretti. À préparer la veille !


Pour un petit moule à cake: 500 g de lait, 4 oeufs, 50 g de sucre de bouleau, 35 g de chocolat noir, 10 petits amaretti, 2 cs bombées de cacao non-sucré, 2 cs d’amaretto (ou de rhum), 1 cs de café fort, un peu de sirop d’érable

Faire fondre à feu doux le chocolat dans le lait, ajouter le cacao, l’amaretto, le café ainsi que les amaretti émiettés. Préchauffer le four à 170° (chaleur tournante). Napper le fond du moule avec le sirop d’érable. Préparer un large plat pour le bain-marie: placer le moule au milieu et remplir aux 2/3 le plat (pas le moule !) d’eau chaude. Battre les oeufs et le sucre, ajouter le mélange au lait tiédi, bien mélanger. Verser dans le moule et enfourner pour 30 minutes.
Le flan doit être pris sur les côtés et encore flottant au milieu. Mettre au frais jusqu’au lendemain.
Démouler le flan puis servir en tranches pas trop fines (pour qu’elles se tiennent bien… ou quand la physique des matériaux se met au service de la gourmandise).


Recette adaptée d’après celle du blog Un déjeuner de soleil.

Dessinées à la va-vite depuis le bateau entre Cannobio et Cannero, ce dessin est aussi un clin d’oeil au livre qui me fait ces temps rêver d’Italie, La légende des montagnes qui naviguent de Paolo Rumiz.

Amaretti

Des petits biscuits au bon goût d’Italie qui ne font pas de miettes… à déguster sans crainte sur le canapé d’un bel appartement.


Pour environ 55 petits biscuits: 250 g d’amandes moulues, 130 g de sucre de bouleau, 2 blancs d’oeufs, 1 cc d’arôme d’amandes amères

Préchauffer le four à 160° (chaleur tournante). Mélanger les amandes, l’arôme et le premier blanc d’oeuf. Ajouter le sucre et le deuxième blanc, bien mélanger jusqu’à obtention d’une pâte un peu collante. Former des boules de la taille d’une grosse noisette (ou d’une petite noix), les répartir sur deux plaques chemisées et les cuire 20 minutes environ. Laisser refroidir avant de les décoller puis les conserver dans une boîte en fer-blanc.


Recette adaptée de celle trouvée sur Un déjeuner de soleil.

Ces amaretti sont à la base (au sens propre) d’un dessert à venir…


Petite pensée pour les cousins néerlandais des amaretti, les kruidnoten: recette à tenter prochainement, pour fêter la reprise des trains de nuit Zürich-Amsterdam.

Tout prétexte est bon pour revoir Harry Potter: chercher dans cet extrait les amaretti.