De Lasalle à Lardons

Feuilleton de l’été, épisode 4: Que faire à Lasalle et environs ?

Quatre bourgades, quatre ambiances.

Lasalle, une rue toute en longueur, une boulangerie à chaque bout. Le soleil tape, les cigales cymbalisent, le duel entre Le Gourmet et Les Douceurs d’Emy s’annonce serré (une chouquette pourrait faire pencher la balance).
Une visite au Café de la Place (et à ses toilettes atypiques) et nous regagnons nos collines.

Soudorgues, climat définitivement non-violent à Terre de Mauripe: sirops divers et Vieille Gisèle (au cas où nous l’aurions ratée au marché de Lasalle). Ambiance décontractée à La Balade Gourmande, suivie d’une promenade au clair de lune.


Uzès, plus que charmante, la Librairie de la Place aux Herbes est de bon conseil, d’ailleurs en parlant de livres, il faudra revenir.

Saint-Hippolyte-du-Fort, ville déserte, la faute à la tradition du 14 juillet ?!


Le Gourmet, 47 rue de La Croix, 30460 Lasalle

Les Douceurs d’Emy, Grand rue, 30460 Lasalle

Café de la Place, 88 Rue de la Place, 30460 Lasalle

Terre de Mauripe, la Place, 30460 Soudorgues

La Balade Gourmande, Le Village, 30460 Soudorgues

Librairie de la Place aux Herbes, 7 Pl. aux Herbes, 30700 Uzès

Drink, Read, Rove

Feuilleton de l’été, épisode 2: Que faire à Joyeuse et environs ?

Une petite liste d’endroits charmants en Ardèche… à compléter par beau temps (manquent les baignades).

Boire: un café avec de la glace aux marrons et de la chantilly aux thés du square à Joyeuse, du sirop de foin au café de la sardine à Naves

Acheter: des livres à la librairie Chant Libre de Montélimar ou à La Belle Hoursette à Les Vans

Voir: un éléphant, un crocodile ou un serpent parmi le bestiaire du bois de Païolive, des tétines et des panneaux déplacés (ici participe passé et non adjectif) sur les hauteurs de Vernon.


Les thés du square, 54 Square François André, 07260 Joyeuse

Café de la Sardine, NAVES VILLAGE, 07140 Les Vans

Chant Libre, 22 Pl. des Clercs, 26200 Montélimar

La Belle Hoursette, 2 Rue Droite, 07140 Les Vans

Igl Lai

D’une prononciation hasardeuse à l’autre, il y a 24 ans, Igl Lai m’aurait plutôt évoqué le chanteur de Save Tonight, qui passait en boucle à la radio.

Go on and close the curtains, ‘Cause all we need is candlelight…

24 ans plus tard, assagis, nous prenons le soleil sur un banc avant d’aller nourrir des écureuils.

You and me, and a bottle of wine…

Une bottle of wine tout à fait prémonitoire: la première halte de ce matin fut au marché de Sargans pour acheter du vin (et des empanadas).

Collages munichois

Comment occuper une nièce et un neveu ? En faisant des collages sur un livre plus tout jeune.

Comment occuper la tante ? En planifiant son prochain voyage à Munich.


Pour croiser des papillons à Munich, il faut aller au jardin botanique, surtout pendant les mois d’hiver. Ça tombe bien, notre hôtel n’est pas loin.


Pour les vers, il faut creuser (la question). Avec Wurm et München comme mots-clés, je tombe sur une belle promenade à faire le long de la Würm, dans l’ouest munichois.

Départ de Gräfelfing, au Weinbuchweg: on suit la rivière sur 8 kilomètres jusqu’à la Inselmühle à Untermenzing. Heureux hasard, c’est là que se trouve le Biergarten Inselmühle.



Pêche à la ligne ? Non…

Martin-pêcheur ?! Non plus… quoique cela serait l’occasion d’aller faire un tour au Tierpark.

Nous allons plutôt faire honneur à la cigogne et à son célèbre pas (pas celui-là): pour s’ouvrir l’appêtit et se fouetter les sangs, direction le bassin Kneipp, à l’ouest du Westpark. Les moins vieux iront à côté faire du toboggan.

Clap de faim devant une assiette de Schmarrn au Wirtshaus am Rosengarten (il y a le choix).



Au fait, qui occupe qui ?

Merci Nornisse, merci Gromet 🙂


Aran, saumon, caviar et autres lieux

Quelle image pour illustrer « Angleterre » (lubie du moment), « saumon » et « caviar » ? A l’oral du moins, il y a de quoi pêcher dans ma bibliothèque: Journal d’Hareng et d’autres lieux, merci Nicolas Bouvier !

Deux petits couacs (ou leurs cousins) cependant (mais pas de tortue): les îles d’Aran se trouvent en Irlande, et les éléments se liguent contre ma plume dégoulinante (help).

Direction le Pays de Galles, puisqu’on y trouve du saumon. Laissant ces derniers remonter la Taf, nous nous jetons avec elle dans l’estuaire de la Severn à Cardiff, et nos lignes depuis la jetée de Penarth.

Menu festif et quasi-calviniste: patates à l’eau, saumon à l’eau, crème (aïe) aigre (ouf), caviar (AÏE) mais pas du vrai (OUF)

Quasi calviniste, parce que le dur labeur n’est pas vraiment au rendez-vous, voyez plutôt:


pour deux personnes: 400 g de saumon (le plus frais possible), deux feuilles d’algues nori (celles pour rouler des sushis), 4 cs de sauce soja, 1 cc d’agar-agar, un verre d’huile de tournesol (2 dl environ), une seringue en plastique (ou une pipette), des patates bouillies, de la crème aigre

Plier les feuilles de nori dans une tasse, ajoutez 2 dl d’eau bouillante et laisser infuser 15 mn au moins. Mettre l’huile au frigo, histoire qu’elle soit bien froide au moment de faire le caviar (au pire, 5 minutes au congélateur).

Couper le saumon en tranches de 2 cm d’épaisseur et les disposer dans un plat à gratin assez grand pour qu’elles ne se chevauchent pas. Recouvrir le saumon d’eau bouillante et le laisser se pocher tout seul comme un grand.

Filtrer le bouillon d’algue et en verser 120 g dans une petite casserole, ajouter l’agar-agar et porter à ébullition. Laisser frémir pendant 30 secondes, puis ajouter la sauce soja. Sortir le verre d’huile du frigo, et à l’aide de la seringue, faire tomber des gouttes d’infusion algue-sauce soja dans l’huile. Les grains de caviar vont se déposer au fond. Sortir les billes de l’huile (elle peut être réutilisée), les rincer à l’eau froide, mettre en bocal et conserver au frais.

Sortir le saumon de son bain, bien égoutter, dresser sur les assiettes avec les pommes de terre, le caviar et la crème aigre.


Et bon appétit !


Et un autre film charming pour Noël (pas de rennes, mais des saumons) !

Nognog

Qui dit hiver dit Harry Potter,

Qui dit Harry Potter dit Angleterre,

Angleterre, patrie de l’Eggnogg (ou lait de poule), boisson aux nombreuses variantes.

On pourrait sans fin faire rimer hiver, placer des frimas et frimer sans fin, mais restons simples:

Qui dit hiver dit aussi Noël,

Qui dit Noël dit aussi films, les mêmes classiques année après année, et les petits plaisirs coupables (je n’ai d’yeux que pour le cottage),

Qui dit Noël dit surtout ventres bien remplis.


pour deux tasses: 6 dl de lait, 2 oeufs bien frais, 2 cc de mélange pour crème à la vanille, 4 cc de sucre de bouleau, 1 cc de cannelle, de la noix de muscade

Casser les oeufs dans une casserole, ajouter le mélange pour crème à la vanille, le sucre et la cannelle, fouetter pour bien mélanger, ajouter le lait et faire chauffer en remuant sans cesse. Râper de la noix de muscade et ajuster au goût. Boire chaud.

Pour rendre le tout plus gou… (argh) goûteux, remplacer une partie du lait par de la crème, séparer préalablement les oeufs, battre les blancs en neige et les incorporer délicatement au reste une fois chaud.


Qui dit Noël dit grand-parents: la plus jolie version du lait de poule

D’après l’Oxford English Dictionary, l’eggnog aurait ses origines en Est-Anglie: l’occasion de faire un peu de tourisme virtuel à Norwich et de résoudre le mystère du clavier d’Elm Hill.

Illustration d’après une photo de Paul Macro.

Aventure en pantoufles: l’Amour, épisode 2

Instant divan: est-ce un hasard si cela fait plus d’une semaine que je bloque sur une ville dont le nom signifie « Bonne nouvelle » ?

Instant divan bis: si l’on en croit sa correspondance, Anton Tchekhov fraîchement débarqué à Blagovechtchensk s’en alla trouver une prostituée japonaise.
Blagovechtchensk, que les locaux ont surnommé « New York sibérienne », rapport à son plan en damier. Voilà pour les présentations.

Si ces informations (fournies par mes guides de voyage) vous ont fait passer l’envie de séjourner dans cette ville, débarquez sur la rive droite de l’Amour: le train de nuit pour Harbin part depuis Heihe tous les soirs à 19:10.

Sinon, débarquez sur la rive gauche et suivez-moi pour une petite promenade.

Depuis la gare fluviale, nous remontons la rue Tchaikovsky et tournons à gauche sur l’artère principale de Blagovechtchensk, la rue Lénine, dont nous allons parcourir la quasi-totalité. Longue de 8 kilomètres, elle se termine en cul-de-sac à l’ouest de la ville… pauvre Vladimir Ilitch.

Arrêt ravitaillement au magasin bio Broccolini (zeyskaya ulitsa 181) : en plus d’un picnic, du thé de Sagaan Dali et du jus d’argousier (ou autre baie locale) pour se donner des forces.

La promenade se poursuit agréablement le long de l’avenue Lénine et si tout va bien, nous arrivons 2h plus tard à la carrière de pierre de Blagovechtchensk. Cherchons un endroit pour étaler nos linges au-bord du lac artificiel, et nageons jusqu’à l’excavatrice (voir illustration ci-dessus et photo sur Google Earth).

Elle est pas belle, la vie ?