Aventure en pantoufles: l’Amour, épisode 2

Instant divan: est-ce un hasard si cela fait plus d’une semaine que je bloque sur une ville dont le nom signifie « Bonne nouvelle » ?

Instant divan bis: si l’on en croit sa correspondance, Anton Tchekhov fraîchement débarqué à Blagovechtchensk s’en alla trouver une prostituée japonaise.
Blagovechtchensk, que les locaux ont surnommé « New York sibérienne », rapport à son plan en damier. Voilà pour les présentations.

Si ces informations (fournies par mes guides de voyage) vous ont fait passer l’envie de séjourner dans cette ville, débarquez sur la rive droite de l’Amour: le train de nuit pour Harbin part depuis Heihe tous les soirs à 19:10.

Sinon, débarquez sur la rive gauche et suivez-moi pour une petite promenade.

Depuis la gare fluviale, nous remontons la rue Tchaikovsky et tournons à gauche sur l’artère principale de Blagovechtchensk, la rue Lénine, dont nous allons parcourir la quasi-totalité. Longue de 8 kilomètres, elle se termine en cul-de-sac à l’ouest de la ville… pauvre Vladimir Ilitch.

Arrêt ravitaillement au magasin bio Broccolini (zeyskaya ulitsa 181) : en plus d’un picnic, du thé de Sagaan Dali et du jus d’argousier (ou autre baie locale) pour se donner des forces.

La promenade se poursuit agréablement le long de l’avenue Lénine et si tout va bien, nous arrivons 2h plus tard à la carrière de pierre de Blagovechtchensk. Cherchons un endroit pour étaler nos linges au-bord du lac artificiel, et nageons jusqu’à l’excavatrice (voir illustration ci-dessus et photo sur Google Earth).

Elle est pas belle, la vie ?

Aventure en pantoufles: l’Amour, épisode 1

J’ai décidé de descendre l’Amour à la rame: par tranches de 7km, il me faudra 622 jours. Enfin, plus que 621, puisque le départ hier s’est fait sans anicroches.

Pour tâter la réalité du terrain et essayer mes nouveaux crayons aquarellables, partons en voyage le long du fleuve Amour.


Départ de Moscou mercredi à 20:35, train pour Vladivostok, arrivée à Yerofey Pavlovich lundi à 6:36, 95 arrêts (ou 5 jours et 6 heures) plus tard.

De là, le voyageur pressé se rendra directement à Ignashino (1 h 18 en voiture). Le jusqu’au-boutiste prendra la (longue) route pour le point de confluence de la Chilka et de l’Argoun et se jettera à l’eau depuis le kilomètre zéro.

La chance veut que le premier village russe le long de l’Amour, Ignashino, soit doté d’une source à l’eau miraculeuse (depuis le village, remonter la rivière Ignashika vers le nord). À l’heure actuelle, l’endroit est plutôt délabré (voir la photo sur Google Earth) mais le temps qu’on y arrive, nul doute que les infrastructures seront là.

Un granola, trois noms

D’un commun accord, on a associé le granola à la Nouvelle-Ecosse… Mais quel nom lui donner ?

Du granola, c’est un truc réconfortant à manger dans un fauteuil à bascule, à la campagne: Betsy’s Granola ?

Du granola, c’est un mélange de plein de trucs, parfait pour vider les fonds de placards: Micmacs Mix ?

Du granola, c’est un truc de hipster à acheter en vrac dans un magasin bio: Granicola ?

A nom versatile, recette versatile (feel free).


Pour un grand bocal: 300g de flocons d’avoines (ou autres flocons: en ce moment c’est 150g avoine, 100g sarrasin et 50g soja), 60g de noix, 60g d’amandes, 40g de noix de coco râpée, 30g de graines de tournesol, 30g de graines de courges, 20g de sésame, 3 cs de graines de lin brisées, 1 cc de canelle; 200g de compote de pomme, 3 cs d’huile de coco, 2 cs de sirop d’agave (ou de riz, ou de miel), le jus et le zeste d’un citron

Réduire 100g de flocons en poudre, couper grossièrement amandes, noix et graines de courge, puis mélanger avec le reste des ingrédients secs dans un grand saladier. Ajouter la compote, l’huile de coco fondue, le zeste et le jus du citron puis mélanger à nouveau. Repartir sur deux plaques et mettre au four (pas besoin de préchauffer) à 150° pour environ 40 minutes, remuer tous les quarts d’heure pour que le granola dore uniformément.


Recette adaptée de celle-ci.

C’est bien beau de rêver sur google earth, mais on peut voyager local: pas besoin d’aller jusqu’à Halifax pour voir des maisons colorées.

Quand je lis le mot « vibrant », je vois SoDoSoPa (ils tapent dans le mille, once again).

Précisons que les micmacs mangent plutôt du pain (à essayer aussi).

Crêpothérapie



Pieds-qui-trépignent, Estomac-qui-gronde et Tête-qui-dévisse: point d’Erinyes slaves ici, mais un état récurrent et heureusement traitable.

Pour la tête: de l’action, des stylos, une perspective d’évasion.

Pour les pieds: arpenter des contrées fantasmées, Petr Lovigin comme mise en bouche puis Sergueï Prokoudine-Gorski (qui photographia en 1909 ces trois jeunes paysannes) en plat de résistance.

Pour l’estomac, des crêpes au sarrasin.


Pour environ 7 crêpes (un repas pour deux): 350g d’eau, 175g de farine de sarrasin, 1 oeuf, une demi cc de sel, de quoi graisser la poêle (beurre, huile ou ghee selon vos croyances)

Mélanger l’oeuf, le sel et la farine. Ajouter peu à peu l’eau pour obtenir une pâte lisse et sans grumeaux. Laisser reposer pendant quatre heures au frais, ou pendant 5mn à température ambiante puis cuire comme des crêpes (quel insulte au lecteur c’eût été que d’expliquer ce procédé).


La recette vient de . Elle est française, j’espère n’avoir pas accouché d’un ligre culinaire.

Mangarita

Cathédrale Saint-Michel, Rikitea

Pour voyager en pensées, quand les avions ne volent plus.

Le cocktail de ce printemps est à base de curcuma. C’est en cherchant des informations sur ce tubercule (souligné-ondulé) que je suis tombée sur une île dont le nom me disait quelque chose…

Mangareva ?!

Mais oui, c’est bien de là que partent les bateaux pour Pitcairn !

En somme, nous faisons le chemin à l’envers, un verre à la main.


Pour une bouteille: un petit doigt de curcuma, un majeur de gingembre, un peu de poivre, un citron (vert de préférence) et un litre d’eau

En s’aidant d’une petite cuillère, peler curcuma et gingembre. En respectant chez nos tubercules la proportion d’un pour deux (cosmogonie personnelle et arbitraire), passer au blender 6g de curcuma, 12g de gingembre, le jus du citron, 7 tours de moulin à poivre et 1000g d’eau

Servir bien frais


le terme québecois pour « blender » est « mélangeur » (une question de moins pour aujourd’hui)

un peu de culture: le Dieu Rao et le curcuma

et un conte à lire avant de faire de beaux rêves

La constellation du Bounty

Dans un rêve parmi d’autres, on mangerait nos pseudo-bounty à 15495 km d’ici, sous la voûte étoilée de Pitcairn.

Dans un monde insouciant, on y mettrait du sucre mais on oublierait d’en profiter.

C’est finalement plutôt facile. On monte le soir sur la colline pour saluer Orion.

De retour chez nous, on s’endort sous l’image du Scorpion.

Et on remercie le ciel de faire, entre autres, pousser des arbres à l’écorce si douce.


Pour environ 13 bouchées: 60g de beurre de coco, 30g de noix de coco râpée, 15g de cacao non-sucré, 2 cs de xylitol (ou de sucre brun), une pincée de sel, une pointe de couteau de vanille en poudre, 1/4 cc de cannelle

Si besoin, réchauffer au bain-marie le beurre de coco pour qu’il prenne la consistance d’une crème épaisse. Mélanger tous les ingrédients. Avec deux cuillères à thé, former des bouchées et les disposer sur une assiette (éventuellement sur du papier cuisson, pour faciliter le service). Laisser durcir au frigo.


pour faire son beurre de coco avec un blendeur puissant: 200g de noix de coco râpée, 15g d’huile de coco, une pincée de sel et une pointe de couteau de vanille en poudre

Mixer le tout en plusieurs fois (pour ménager le moteur), jusqu’à consistance liquide.


Malgré les mythes circulant à leur propos, je crois savoir qu’Orion, Artémis et le scorpion sont restés bons amis.

Amsterdameries

Du hummus, un concert, des chouettes, du café et des poffertjes, des bières (!!), des pâtes et des animaux


Sir Hummus, Van der Helstplein 2

Owl Hotel, Roemer Visscherstraat 1

Café ‘t Smalle, Egelantiersgracht 12

Café Welling, Jan Willem Brouwersstraat 32

Le 4 Stagioni, Johannes Verhulststraat 32

Artis Zoo, Plantage Kerklaan 38-40

Simple crème au citron

3 mois que je ne sais par où amener cette recette, paradoxe car elle est simple comme bonjour

14 mois pour apprendre cette pièce de Xenakis, antinomie à la crème au citron susmentionnée

1 heure 30 de recherches internet sur le yaourt et les citrons grecs, je bave devant des produits laitiers, survole la région de Nauplie, commence à dessiner une maison aux couleurs idoines… et puis zut, ce dessert se fait en 10mn oui ou skata ??!

Alors zou, un Iannis et un dessert en deux temps trois mouvements


Pour 5 portions: 400g de yaourt (brebis, vache, coco…), 250ml de crème entière, 1 citron jaune et 1 citron vert (ou 2 jaunes), 4 cs de sucre

mélanger le yaourt, les zestes et jus des citrons, le sucre, puis la crème montée en chantilly